Sandrine Buendia,

Sandrine Buendia,

Formée au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, la soprano Sandrine Buendia obtient, en 2012, le Premier Prix à l’unanimité du jury

Elle participe à de nombreux festivals autour de la musique baroque : ‘Vous avez dit baroque?’ direction Sigiswald Kuijken au Théâtre du Châtelet, ‘Concert baroque’ au festival Specs’n’arts artist management & promotions à Athènes. 

Elle aime aussi prendre part à des spectacles atypiques mêlant texte et musique : L’organisation délicate  (Journée Nationale des Droits de la Femme, au Sénat), Cruda Sorte e disinvoltura  (médiation jeune public autour de Rossini, au Théâtre du Châtelet), Orlando : une musicographie… De ces projets naît une collaboration régulière avec la metteur en scène Emmanuelle Cordoliani.

Sur scène, Sandrine interprète les rôles de Abner dans Athalie de Moreau, Zweite Dame dans Die ZauberflöteGiannetta dans L’Elisir d’amoreMarcellina dans Le Nozze di FigaroLa Bergère/La Pastourelle/La Chauve-souris/La Chouette dans L’Enfant et les sortilèges à la Salle Pleyel, Echo dans Echo et Narcisse de Gluck à la Cité de la Musique. 

Pour la saison 2013, elle a intégré la première Académie de l’Opéra Comique à Paris ce qui l’amène à participer à de nombreux récitals autour de la mélodie française, de l’opérette, de l’opéra-comique, et, à jouer le rôle-titre de Cendrillon de Pauline Viardot à Paris, Reims et Quimper sous la direction musicale de Mireille Delunsch et la mise en scène de Thierry Thieû Niang. Elle a également interprété le rôle-titre féminin dans Romeo & Julia, spectacle lyrique théâtral sur une musique qui intègre des réminiscences des opéras de Gounod, Bellini, Bernstein, Rota, aux Pays Bas. 

La saison 2014 a été ponctuée par sa prise de rôle de Méphisto dans Le petit Faust de Hervé au Théâtre Déjazet avec les Frivolités parisiennes sous la direction musicale de Julien Leroy et la mise en scène de Rémi Préchac, mais également, l’enregistrement de Lauretta dans le film-opéra Gianni Schicchi de Puccini aux Pays-Bas. 

Pour la saison 2015, elle participe à la création La jeune fille sans mains sous la direction musicale de David Walter et la mise en scène d’Emmanuelle Cordoliani à l’Opéra de Dijon. Elle est Colombine et l’Opéra dans La guerre des théâtres, spectacle musical avec des marionnettes à l’Opéra Comique. Elle a le privilège de chanter à la Philharmonie lors du concert annuel de l’Orchestre National d’Ile-de-France « Chantons avec l’Orchestre ».

Pour la période de 2016, elle a joué le rôle de Totte dans Yes de Maurice Yvain sous la mise en jeu de Christophe Mirambeau, au Café de la Danse. Elle participe à la création de Marc-Olivier Dupin Les mystères de l’écureuil bleu à Compiègne où elle chante les rôles de Adèle et de Al Sirbec et elle incarne Rosina du Barbiere di Siviglia sous la direction de Guy Condette et la mise en scène de Sandro Pasqualetto au théâtre de Douai.

Depuis ce début d’année 2017, Sandrine a fait ses débuts à l’Opéra de Lorraine avec le rôle-titre dans Geneviève de Brabant d’Offenbach sous la direction de Claude Schnitzler et la mise en scène de Carlos Wagner, ainsi que le rôle-titre dans Le petit Duc de Lecocq avec les Frivolités parisiennes sous la direction de Nicolas Simon, avec la mise en scène d’Édouard Signolet à l’opéra de Reims. Lors d’une tournée avec la Co[opéra]tive, elle incarne Lauretta dans Gianni Schicchi sous la direction musicale d’Emmanuel Olivier et la mise en scène de Benoît Lambert.

Ses prochains projets : La voix humaine de Poulenc avec Terr’Opéra, le soprano solo dans le Gloria de Poulenc à Douai, le rôle-titre dans Cendrillon d’Isouard au Teatru Manoel à Malte…

Plus d’informations sur www.buendiasandrine.com

Sandrine Buendia Soprano

Pin It on Pinterest

Share This